BIJOUX

TENET est une marque de Bijoux de création, réalisés selon les techniques et savoir-faire traditionnels Touareg, créée par l’artiste Aline Meunier aka Bonhomme Lass.

De la sculpture grand format à la bijouterie ...

De Bonhomme Lass à TENET ....

Histoire d'une rencontre

En 2016, Bonhomme Lass prépare et expose à la Biennale Dak'Art OFF 2016 son exposition Bonhomme Lass se bouge, où elle présente sa plus

grande pièce jusqu'alors réalisée avec la marionnette géante articulée. Sa soif d'expension vers l'infiniment grand assouvie un temps laisse place à la curiosité, dirigée cette fois à l'autre extrémité de l'échelle d'infini.

A la recherche d'équilibre tel un balancier en haut de sa course, chargée d'énergie pour une nouvelle aventure, c'est à l'opposé vers la recherche d'une échelle de création plus petite que les forces d'attractions attirent et entraînent Bonhomme Lass sur la route de Djibril Akalo et de la bijouterie.

C'est en 2017 que Bonhomme Lass retrouve Djibrilla Akalo, un ami et grand bijoutier Touareg originaire de Tchintaborak, au nord d’Adagez au Niger, et installé à Dakar.  L'objectif de Bonhomme Lass est à présent double: changer l’échelle de ses créations et créer des objets hybrides, à la fois sculpture d’art et accessoires à porter et adopter. Elle lui propose une collaboration artistique, inspirée par leurs passions communes : le travail de la matière et la création de beaux objets.

Partage de techniques, curiosité, apprentissage : pour l’un de la technique et pour l’autre d’un nouvel esprit de design. Et au cœur de cette collaboration une amitié qui se développe et un partage de moments de vie passés à l’atelier de Médina, rythmés par les verres de thé (Kas Attaya), les sons du rock Tamashek d’Imarhan et des instruments sur le métal.

L’atelier de Médina devient vite le repaire de Bonhomme Lass. A partir des designs de celle-ci, Djibril réalise les créations des premières séries de Bijoux :

  • « Le temps incompressible », qui recycle des mécanismes de montres à mouvement perpétuel,

  • « Yenguetou », le mouvement en Wolof, qui s'inspire des motifs de pignons de vélo,

  • et « Tollo », Equilibre en Wolof, un travail autour des formes géométriques et notamment le cube et et ses imbrications.

 

Après un an passé à observer, filmer, décortiquer, dessiner, s’approprier, appréhender chacun des gestes rythmés et minutieux de Djibril, Bonhomme Lass s’est naturellement mise à les répéter, avec son propre « Tiwinthe », enclume traditionnelle au cœur du travail artisanal de la bijouterie Touareg, encouragée par Djibril, et s’est engagée dans son rôle d’apprentie.

A%20l%20atelier42_edited.jpg

Chez les Touareg, la famille des forgerons, et plus largement des artisans, est appelée la famille des « Inadan ». Chaque membre de cette famille est appelé « Enet ». Du fait d’être une femme, et même si peu de femmes réalisent le travail de bijouterie au Niger, Bonhomme Lass a rapidement été adoptée par la famille de l'atelier et rebaptisée « Tenet », le T marquant la marque du féminin en Tamashek (langue Touareg), qui deviendra le nom sous lequel elle choisit de présenter ses créations en bijouterie.

 

La bijouterie artisanale traditionnelle Touareg a pour particularité de se pratiquer au sol sur une petite enclume, le Tiwinthe, et de travailler avec des outils et techniques de base manuelles (forge, enclume, chalumeau, marteau, limes, pinces, poinçons et gravures manuelles) sans recours à des machines électriques ou système de reproductions multiples à partir de moules tel que cela se pratique aujourd’hui dans la bijouterie moderne.

 

De ce fait chaque pièce est forgée et façonnée de façon unique.

 

Les principaux métaux travaillés sont l’argent, le bronze et le cuivre.​

TENET est née de la volonté de valoriser, de faire connaitre et de pérenniser ces savoir-faire traditionnels.

De retour en France depuis 2018, TENET a installé son atelier dans la région lyonnaise, et continue de créer et produire selon ces apprentissages. Le projet était de développer en France la diffusion de ces savoirs faire en collaboration avec Djibril, qui réalisa son premier voyage en France en 2019.

Malheureusement, Djibril décède en 2020 à la grande tristesse de ses proches et de sa famille.

Mais les liens tissés grâce à Djibril durant ces années à l'atelier avec la famille des Inadan permettent aujourd'hui de continuer a faire vivre sa mémoire et son  enseignement... et le travail continue...

Les projets se réinventent et de nouvelles aventures se préparent, restez connectés!

Site internet TENET en préparation!!

Laissez votre Email et soyez informés de sa sortie et des autres actualités de Bonhomme Lass

Merci pour votre envoi !